• J'ai un ami qui joue à Sea Of Thieves, un jeu où l'on est un pirate et où il faut déterrer des trésors enfouis sur des îles désertes.... Ou les piquer à un équipage concurrent.

    Outre que les paysages sont chouettes, le mouvement des vague et le miroitement de la lumière sur l'eau sont ahurissants de réalisme (on en choperait presque le mal de mer, mais c'est trop beau), les personnages sont aussi pas mal esthétiquement, plus déglingués les uns que les autres par les combats, le tord-boyau et les embruns.

    Hier je tombe un peu par hasard sur une figurine issue du film "Pirates des Caraïbes", 10cm de haut, assemblée à l'arrache et peinte à la truelle... J'y ai vu du potentiel.
    Pour faire votre propre figurine collector de Sea Of Thieves, vous aurez besoin :

    -d'une figurine moche de pirate
    -d'une petite boîte de fromage ronde
    -d'un cure-dent
    -de papier doré
    -de peinture acrylique
    -de pinceaux très fins

    Imprimez le logo de Sea Of Thieves sur le papier doré. le mien c'était une chute de papier de soie, qui n'était pas assez grande ni résistante pour passer dans l'imprimante. pas grave, je l'ai collé sur une feuille de papier A4 et roule ma poule. 

    Découpez le logo et collez-le sur la petite boîte de fromage et peignez le tour de la boîte en noir. J'aurais pu aussi imprimer le titre du jeu pour le coller sur le tour de la boîte, mais j'y ai pas pensé.

    Passez votre figurine moche à l’acétone pour ôter la peinture mal faite. Faites gaffe quand-même que la matière de la figurine soit compatible avec ce dissolvant, sinon gare aux surprises...

    Selon que vous aimez ou pas votre pirate tel qu'il est vous pouvez le laisser intact... ou le mutiler un peu. Coupez-lui une main et un petit morceau de fil de fer tordu lui fera un excellent crochet. Coupez-lui une jambe et remplacez-la par un cure-dent.

    La peinture : pour remplir tous les petits creux et ainsi renforcer les ombres et les plis, il faut utiliser une peinture assez diluée. Utilisez des jus noir, marrons, et badigeonnez-en la figurine. Essuyez le surplus, le but est de remplir uniquement les crevasses. Traitez pareillement les armes et équipements.

    Votre figurine est sèche? Collez-la sur son socle. Vous avez terminé!

      


    votre commentaire

  • Skelita Calavera est un peu plus rare que les autres personnages Monster High. Elle est une version moderne des catrina calaveras, ces figurines de papier mâché que l'on trouve au Mexique pendant la Toussaint.
    Là-bas le "Dia de los muertos" n'a rien de lugubre comme en France, ni d'effrayant comme aux USA. Les mexicains apprivoisent la mort en la parant de mille couleurs. Et moi plus c'est bigarré et fourmillant de motifs, et plus j'aime...

    J'avais donc cette Skelita en très bon état, et j'avais envie de lui redonner un look traditionnel, avec une longue robe. Mais le choix est tellement vaste quand tout est multicolore, que je ne savais pas quoi décider.

    Entre temps j'ai regardé une vidéo de customisation sur youtube, une autre skelita changée en Frida Kahlo. Parce que l'auteur de la vidéo aime bien cette artiste. Et c'est là que j'ai compris qu'il fallait juste que je fasse un personnage que j'aime bien.

    Parallèlement, ça faisait un moment que j'avais envie de faire une version un peu "deluxe" d'Aïna, avec une robe plus détaillée que celle qu'elle porte habituellement.

    Bon, je sais. Je viens de dire que j'aime quand c'est bariolé, et je m'apprête à faire une énième poupée vêtue de blanc. Oui. Je ne suis pas à une contradiction prêt. he

    En cherchant un peu, j'ai fini par trouver une tenue de danse traditionnelle de Veracruz, blanche, pour m'inspirer. Niveau matière, il m'a suffit de faire une rapide recherche dans mes stocks pour trouver tout ce dont j'avais besoin. C'était très satisfaisant de combiner des éléments que j'avais, pour certains, depuis presque deux décennies. Du blanc pur et de l'ivoire, qui vont très bien avec la teinte blanc cassé du squelette. J'ai cousu la tenue à la main, en une journée. J'ai ajouté une paire de chaussure d'une autre poupée, d'un blanc nacré parfait pour compléter la tenue virginale.

    Pour maquiller un visage en sugar skull, les possibilités sont infinies. Mais je n'ai qu'une seule poupée, donc interdiction de me louper. J'ai pioché des idées çà et là sur internet. Quelques croquis plus tard, je me suis lancé. Parce que c'est une très petite surface, j'ai préféré rester sobre niveau déco.

     


     

     

    Au passage, après avoir coupé les cheveux, pendant que je nettoyais la tête, j'ai remarqué ce détail à l'arrière du crâne... Aucune des autres poupées que j'ai bricolé jusque là n'avais de mot gravé à cet endroit. Parfois un numéro de série, mais c'est tout.





    La chevelure en laine acrylique. Comme pour toutes les autres versions d'Aïna (sauf la première qui a des cheveux d'origine), j'ai du faire une quarantaine de ces petites boucles pour couvrir le crâne. Quant aux mèches de devant, j'ai trouvé un moyen génial de les courber avec mon fer à lisser : un rouleau de carton! (oui, de papier toilette!)

    Quelques roses (faites maison aussi) dans les cheveux... et voilà.







    votre commentaire
  • Que faire d'une poupée dont le visage est taché?

    L'option la plus simple, c'est de greffer sur le corps, une nouvelle tête sans tache.
    La deuxième option, c'est de repeindre ledit visage, de préférence à l'aérographe, pour éviter les coups de pinceaux.
    La troisième option, c'est de travailler "avec" les taches, comme je l'ai fait pour Aïna-zombie.
    Mais quand les taches sont trop importantes? Et qu'on n'a pas le matos correct pour repeindre le visage de façon à cacher la misère?
    Ma réponse : il faut les cacher autrement. Par exemple avec un masque.

    Prenons cette Clawdeen (le même modèle qui m'a servi à faire Arkana) au visage maculé de marqueur. Elle en a aussi un peu sur ses oreilles. Et sur les mains... Par contre, ses cheveux sont en très bon état. Pour une fois, on va les garder. (sauf le premier rang de cheveux violet)



    Une poupée masquée, j'aime bien l'idée, mais il faut quand-même trouver le concept pour accompagner ce masque. Je pars sur un concept de sauvageonne, avec des vêtements aux couleurs proche de sa teinte de peau. Je lui donne une pose dynamique qui ira bien avec le concept du personnage.

    Le masque : je veux qu'il épouse parfaitement les contours du visage, pour un soucis d'adhérence une fois collé, et aussi parce que je ne veux plus qu'on voit les traces de marker, même en regardant dessous ou sur les côtés.




    Après avoir retiré le premier rang de cheveux et nettoyé au mieux le visage, je l'enrobe de colle chaude, en prenant garde de bien remplir le moindre recoin et si possible en évitant les bulle d'air. On laisse refroidir complètement, pour ne pas déformer le moulage.


    Une fois le moule décollé du visage, je fais un "positif" avec de la pâte qui sèche à l'air. On voit que les bulles d'air prises dans le moulage, forment des aspérités sur le positif. Ce n'est pas très grave pour ce projet-ci. On peut les gratter gentiment et continuer le travail. Quand le positif est durci, je peux continuer à travailler dessus, pour rajouter les oreilles.


    Une couche de vernis évitera que le masque ne reste collé sur mon modèle. Je passe aussi un peu d'huile, au cas où le vernis ne suffirait pas. J'ai démoulé le masque encore pas tout à fait sec, et j'ai bien fait, ça avait commencé à coller... J'en ai fait, des bidules en papier mâché, mais jamais sur une échelle aussi petite...

    Une fois le vrai masque démoulé, je le presse contre le visage de la poupée, pour lui redonner la bonne forme, et je laisse sécher pour de bon. Il est ridé, plissé à cause du démoulage un peu brutal, mais une fois peint, j'aime bien le rendu, on dirait qu'il est en cuir.

    Avant de coller le masque sur le visage, j'ai quand-même fait trois choses : j'ai remis du marqueur sur le visage, sur et autour des yeux. Quand ce fut sec, j'ai passé une couche de vernis par dessus. Parallèlement à ça, j'ai incisé le masque au niveau des yeux.

    Résultat : les yeux noirs pétillent derrière le masque, ça donne un côté vivant et mystérieux au personnage.


    Je colle la demoiselle sur une rondelle de bois brut, comme Grise. C'est raccord niveau couleurs et matières. J'ai refait un peu la coupe de cheveux, raccourci sur les côtés du visage, et ajouté deux tresses fines dans  la masse à l'arrière, histoire de casser l'uniformité (en plus de celles qui encadre les oreilles). Si quelqu'un a une suggestion pour agrémenter un peu plus le personnage, n'hésitez pas à m'en faire part dans les commentaires.
    Ses bras sont encore mobiles, elle pourra saisir d'éventuels accessoires.

    Tala est un prénom amérindien qui veut dire "louve".


    2 commentaires